Sa Sainteté, laudateur de George Bush

Publié le par SPE

Les États-Unis de « champions de la démocratie et de la liberté ». 

En octobre dernier, le parlement américain remettait au dalaï-lama sa Médaille d’Or, la plus haute distinction que le parlement puisse décerner. Sa Toujours Souriante Sainteté y est allée d’un discours, louant Bush pour ses efforts dans le monde entier en faveur de la liberté, de la démocratie et des droits de l’homme et qualifiant les États-Unis de « champions de la démocratie et de la liberté ».
 
Un peu plus tôt, il avait déjà qualifié la guerre en Afghanistan de « libération » et la guerre de Corée dans les années 1959 de « demi-libération », alors que le conflit du Vietnam était demeuré « un échec ».

Il va de soi qu’en premier lieu, le dalaï-lama reçoit le soutien de la droite ultra. Non seulement en raison de son anticommunisme rabique mais également en raison de son racisme. Son gouvernement en exil condamne les mariages mixtes entre Tibétains et « les autres » et ce, afin de préserver la pureté de la race opprimée. Ici, un Jörg Haider, en Autriche, peut se retrouver. Aussi des gens comme Haider sont-ils les premiers à venir en aide au dalaï-lama.

Une médaille d’or de Bush et l’ange Merkel pour le 14e dalaï-lama, Infortibet, 14 février 2008.
http://infortibet.skynetblogs.be/post/5284744/een-gouden-bushmedaille-en-engel-merkel-voor-

http://www.bloggen.be/nieuwsbriefchina/archief.php?startdatum=1205708400&stopdatum=1206313200
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article