Du bon usage des mots, du bon usage des chiffres

Publié le par SPE

Le mouvement des indépendantistes tibétains s'exprime en termes de génocide culturel et pire... Ce galvaudage de termes devrait nous inquiéter.
Il fait insulte tant à la mémoire des juifs, qu'a la nation chinoise.
Les chiffres perpétuellement avancés pour étayer ce discours sont tellement erronés qu'ils ont conduit le Directeur de la Free Tibet Campain à démissionner, ne pouvant continuer à assumer de tels abus.

http://www.alterinfo.net/Un-sinologue-allemand-refute-les-allegations-de-genocide-culturel-au-tibet_a19137.html

Je propose ici une petite réflexion sur le terme « Génocide culturel au Tibet ». Car je pense que le choix des mots est soumis à l'éthique sous peine d'être mensonger.
Je ne parle pas toutefois dans ce fil de la question relative à un « génocide culturel au Tibet », en soi-même, car cela fait déjà l'objet d'un autre fil.
Je ne parle pas non plus du mot « génocide » dans le sens ou ce mot a été utilisé pour les évènements de 1959 et qui mentionnent un génocide des tibétains. Ce qui est toutefois contesté par certaines personnes (mais voir les autres fils de discussion bien fournis).

Génocide culturel:
Ce terme est une construction, dont l'usage provoque des réactions émotionnelles aussi bien chez celui qui l'emploie que chez l'interlocuteur car le mot génocide est un mot associé à l'horreur, à des atrocités etc. Cependant, dans le contexte actuel, ce terme et l'objet auquel il réfère ne correspondent pas. Pourquoi?

D 'abord un peu de lexicographie:
Français:
Génocide: extermination systématique d'un groupe ethnique.
Culture: culture matérielle (technologie, économie) et culture spirituelle (religion, art, littérature...);

Anglais:
Genocide is the deliberate murder of a whole community or race.
Cultural means relating to a particular society and its ideas, customs, and art.

Tibétain:
genocide - Mi rigs rtsa med - race d'êtres humains + éliminer totalement
culture - rig gzhung - culture, tradition;
---------------------------------------------------------- ----------------
Ce que génocide culturel n'est pas dans le contexte actuel du Tibet:

Génocide d'un peuple à travers sa culture/ par le biais de sa culture: exterminer un groupe ethnique à travers sa culture. Or génocide implique la notion de massacre d'une ethnie, le terme n'a pas été utilisé dans ce sens dans le cas des récentes manifestations pour le Tibet. Le génocide d'un peuple à travers sa culture voudrait dire que l'on massacre effectivement un peuple en utilisant un trait de sa culture ou en le privant de sa culture (Par exemple: en obligeant certains peuples africains à faire des cheminées dans leur huttes, on a décimé des populations car la fumée était ce qui empêchait les moustiques de les piquer et de transmettre des maladies mortelles - ainsi on pourrait s'orienter vers un génocide).

Génocide d'une culture : génocide se rapporte à l'extermination d'un groupe ethnique, pas à autre chose. On ne peut dire que l'on procède au génocide d'une culture; éventuellement on détruit une culture.
---------------------------------------------------------- ----------------
- Ce que l'on a voulu dire par génocide culturel.
Elimination d'une culture qui induit la disparition des particularité culturelles d'une ethnie; et assimilation systématique de cette ethnie à une autre culture.
---------------------------------------------------
Les véritables termes pour génocide culturel dans le contexte serait:
assimilation culturelle systématique, destruction d'une culture etc.

« Assimilation culturelle systématique » est donc le véritable terme pour remplacer « génocide culturel » dans le contexte de la question tibétaine actuellement.

Je reconnais toutefois que de brandir une banderole « NON A L'ASSIMILATION CULTURELLE », n'est pas aussi intéressant que d'agiter un drapeau « NON AU GENOCIDE CULTUREL », et l'émotion provoquée n'est certainement pas la même........mais.....

Maintenant je m'interroge sur le mot culture, dans le contexte de la question tibétaine et je cherche à savoir quelle est la réalité des faits et l'impact réel sur le bonheur des Tibétains. Mais n'ayant pas assez d'éléments je ne me prononcerai pas d'avantage sur ce sujet et je lirai les fils qui y font référence.

Cordialement


http://fr.messages.news.yahoo.com/Actualit%E9s/Monde/forumview?bn=FRN-WL-Chine

Il serait bon d'être averti que les chiffres avancés pas la Dalai Lama sont tellement erronés qu'ils ont conduit Peter French, un défenseur de bonne foi, à démissionner de son poste dee directeur de la FreeTibet Campain.

Demission de Patrick French, directeur de la Free Tibet Campain
Patrick French, alors qu'il était directeur de la « Free Tibet Campaign » (Campagne pour l'indépendance du Tibet) en Angleterre, a été le premier à pouvoir consulter les archives du gouvernement du Dalaï-Lama en exil. Il en a tiré des conclusions étonnantes.

Les Chinois ont-ils liquidé les Tibétains ?
http://www.solidaire.org/ 31-05-2006

Il en est arrivé à la conclusion dégrisante que les preuves du génocide tibétain par les Chinois avaient été falsifiées et il a aussitôt donné sa démission en tant que directeur de la campagne pour l'indépendance du Tibet (1).

Dans les années soixante, sous la direction du frère du Dalaï-Lama, Gyalo Thondrup, des témoignages furent collectés parmi les réfugiés tibétains en Inde. French constata que les chiffres des morts avaient été ajoutés en marge par après. Autre exemple, le même affrontement armé, narrée par cinq réfugiés différents, avait été comptabilisée cinq fois. Entre-temps, le chiffre de 1,2 million de tués par la faute des Chinois allait faire le tour du monde.

French affirme que ce n'est tout bonnement pas possible : tous les chiffres concernent des hommes. Et il n'y avait que 1,5 million de Tibétains mâles, à l'époque. Il n'y en aurait donc quasiment plus aujourd'hui. Depuis, la population a augmenté pour atteindre presque 6 millions d'habitants actuellement, soit presque deux fois plus qu'en 1954. Chiffre donné et par le Dalaï-Lama et les autorités chinoises, étonnamment d'accord pour une fois.

Les observateurs internationaux (la Banque mondiale, l'Organisation mondiale de la santé) se rangent d'ailleurs derrière ces chiffres. N'empêche qu'aujourd'hui encore, le Dalaï-Lama continue à prétendre que 1,2 million de Tibétains sont morts de la faute des Chinois.

Jean-Paul Desimpelaere

http://spe.over-blog.com/article-2038880...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article